• Naomie VERNHES

Don d’organes ce qu’il faut savoir

Dernière mise à jour : mai 10



1. Qu'est-ce que le don d'organes ?


Le don d’organes consiste en un prélèvement d’un ou de plusieurs organes ou de tissus. Ce don d’organe peut être effectué « de son vivant » ou post-mortem. Les organes les plus fréquemment prélevés sont le rein, le cœur, le foie et les poumons. La greffe de peau et la greffe de cornée font partie des greffes de tissus les plus courantes.

Les organes sont prélevés dans le but d’être immédiatement transplantés sur un patient en attente d’un organe. Les personnes concernées par un greffe d’organe sont celles qui souffrent d’une pathologie grave qui affecte considérablement le fonctionnement d’un organe vital et dont le remplacement est nécessaire à leur survie.


2. Qui peut faire un don de ses organes ?


Tout le monde est éligible à un don d’organes néanmoins de nombreux examens médicaux et biologiques sont réalisés pour déterminer la qualité des organes pouvant être potentiellement greffés. En fonction des résultats obtenus, l’équipe médicale responsable du receveur prendra la décision de prendre ou pas le greffon. Le don d’organes est possible à tout âge. Quand un enfant décède, ses parents peuvent autoriser ou pas le prélèvement de ses organes. Si l’enfant avait fait part d’une volonté personnelle sur le don d’organes, elle est prise en compte.

Il n’y a donc pas d’âge limite, cependant un cœur est rarement prélevé après 60 ans mais les reins, le foie ou les cornées, par exemple, peuvent l’être jusqu’à plus de 80 ans. Sans refus de notre part, nous sommes tous considérés comme consentant au don d’organes post mortem. La loi française prévoit qu’après sa mort, toute personne majeure est considérée comme consentante à donner ses organes si elle n’a pas clairement manifesté son refus.


3. Comment accepter ou refuser d'être donneur ?


a. Si la personne accepte de faire don de ces organes,


Attention cette carte n’est qu’un premier indice pour les médecins, rien n’indique que la personne n’aie pas changé d’avis entre temps, c’est pour cela que le famille du défunt sera toujours interrogée. D’où l’importance d’en parler à vos proches et de faire savoir vos choix concernant le don d’organes.

b. Si la personne refuse de faire dons de ces organes , il convient de s’inscrire au registre national des refus des dons d’organes.

  • Le formulaire à remplir est disponible auprès de l’Agence de la biomédecine ou sur son site Internet https://www.registrenationaldesrefus.fr/#etape-1

  • Si vous souhaitez recevoir la confirmation de l’inscription, il faudra y joindre la photocopie d’une pièce d’identité et une enveloppe timbrée à ses nom et adresse


Le tout doit être envoyé à :


Agence de la biomédecine Registre national des refus 1 avenue du Stade de France 93212 SAINT-DENIS LA PLAINE CEDEX




Un éventuel désaccord ou réticence du défunt peut être révélé par les indices suivant :

  • Témoignage oral d’un proche

  • Écrit relatif à un refus ou une restriction (accord limité à un ou certains organes particuliers)

  • Enregistrement, par personne décédée, au registre national des refus de dons d’organes

  • Carte de donneur d’organes de la personne décédée si elle en possède une.





7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout